Herbiers, guides et “journal champêtre”

Article rédigé par E. Kohlmann

Autour du regard porté sur la nature et sur le rôle de l’observateur dans sa restitution… Petite plongée illustrée dans ma bibliothèque (loin du numérique)… Textes et photos…

Littérature et botanique…

“Par milliers les iris semblaient couver fiévreusement l’été. La paix régnait mais non le silence, que troublait un bruit insistant et léger, plus fin que le grignotement d’une magnanerie, un bruit de soie égratignée… Le bruit d’élytre qui s’entrouvre, le bruit de patte délicate d’insecte, le bruit d’une feuille morte dansant, c’était les iris, dans la lumière propice et tamisée, desserrant la membrane sèche roulée à la base de leur calice, les iris qui par milliers éclosaient.”

L’Herbier de Colette. Aquarelles et choix de textes Marthe Seguin, Fontes. Paris : éditions du Chêne, 1997, p.84-85.

Le “botaniste amateur” et les classifications

“L’iris fait partie de la famille des iridacées ; le muguet et le sceau de Salomon sont des lis. Le tamier est une dioscoréacée ; le perce-neige et la jonquille se rangent dans la famille des amaryllidacées. Ces familles se distinguent par la position de l’ovaire par rapport aux étamines, aux sépales et aux pétales. La forme de ces derniers varie selon la famille ; ceux de l’iris sont très caractéristiques.”

Gibbons, Bob. Les fleurs sauvages : guide de terrain. Paris : Casterman, 1992, p.120.

Iris jaune des marais (Iris pseudo-acoris) Libellule demoiselle (femelle) coloptérise éclatant (colopterix splendens)

Le journal quotidien des observations naturalistes : entre la pratique du journal intime et du carnet de terrain

24 juin. Solstice d’été.
Le coucou commence à changer de chant. Un peu plus tard il dira “Couc-coucou” au lieu de “coucou”. Il existe dans le sud de l’Angleterre une vieille superstition très vivace à propos du coucou. Lorsqu’on l’entend, il faut se mettre à courir en comptant ses cris et courir jusqu’à ce qu’on ne l’entende plus : on ajoute à sa vie autant d’années que l’on a compté de “coucous” – c’est du moins ce que racontent les grand-mères du Devonshire”.

Journal champêtre d’Edith Holden : notes de la vie champêtre en 1906. Préface de Jean-Marie Pelt. Traduction de Florence Herbulot. Paris : édition Chêne, 2010, p. 86-87.

Version numérique sur l’Isère pour l’iris germanica L. (site Gentiana)
Et le lien sur TelaBotanica…

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Kohlmann (17 septembre 2020). Herbiers, guides et “journal champêtre” Projet MIMESIS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfy7


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search