Facebook et les champis

Article rédigé par E. Kohlmann

Bolet pied rouge ? (c) Emilie Kohlmann

Depuis peu, j’ai rejoint un groupe Facebook privé qui rassemble des amateurs et amatrices de champignons. Même si cette expérience, personnelle, paraît hors de propos, elle me permet d’alimenter néanmoins une réflexion globale sur les modalités de partage et de connaissance de la nature, voire de partage de connaissances sur la nature, dans un cadre non “scientifique”, la science participative étant loin des préoccupations des membres du groupe.

Premiers constats

Un groupe autoadministré?

Intégrer ce groupe me permet de réfléchir aux fameux “modérateurs” et “validateurs” des plateformes contributives de biodiversité avec un petit pas de côté. Une fois intégrée au groupe, sans forcément montrer patte blanche d’ailleurs, il est possible de publier facilement des photos et de répondre en mode commentaire aux publications des autres membres du groupe.

La validation de l’expertise se construit alors dans les commentaires, sous-commentaires, sous-sous-commentaires, avec différentes modalités d’échanges et de débats et des réponses contradictoires qui cohabitent parfois assez paisiblement.

Vrais amateurs et experts amateurs

Il est compliqué pour moi, à cause de la faible durée d’observation du groupe, de définir les profils types présents en ligne pour échanger. Il est cependant évident que différents niveaux d’expertises coexistent. Non identifiés explicitement par un “statut” particulier sur le groupe, il est clair que certains ont une expertise plus importante. Leurs interventions sont globalement plus ciblées, plus pointues, noms latins des espèces privilégiés, et visent parfois à ouvrir un débat sur une identification jugée erronée ou incomplète ou au contraire à les clore.

Il serait intéressant de poursuivre l’étude afin de savoir au niveau du discours ce qui se met en place plus précisément et permet de les identifier comme “experts”. Les débutants au contraire s’affichent clairement avec des discours d’escorte de leurs photos autour de “je n’y connais rien mais”, “je débute”, “j’aimerai apprendre à”, etc.

La photographie et l’apprentissage des normes du groupe

Une variété de coprins ? Le doute n’est pas levé à l’issue du partage : seule la dimension esthétique compte parfois… (c) E. Kohlmann

Si, ravie d’une sortie riche en photographie de champignons, j’ai pu poster un ensemble de photos de spécimens groupés, j’ai compris qu’il s’agissait là d’une erreur de débutante.

Pour faciliter l’identification, qui est l’un des objectifs du groupe, il y a un ensemble de normes photographiques à respecter : biotope, pied, lamelles, vues de dessus, de dessous, lumière naturelle, etc. Il est d’ailleurs préférable de fournir des photographies sans avoir ramassé le champignon, mais de s’inscrire dans une démarche vertueuse de collecte. Des conflits entre membres peuvent d’ailleurs émerger à propos du mycélium et du débat : arracher ou couper le pied… Ces normes photographiques seraient à creuser plus afin de parvenir à les comparer avec les normes naturalistes (similitudes et différences) par exemple.

L’interdit collectif : la comestibilité

La seule chose sur laquelle il semble y avoir un accord plutôt collectif, proche d’une norme d’usage, c’est le fait de ne pas dire qu’un champignon peut ou ne peut pas être consommé. Bien entendu, l’idée c’est de ne pas pouvoir être responsable d’un empoisonnement pour mauvaise identification. Mais des biais se mettent en place néanmoins avec des échanges du type : “ceci est un sparassis crépu” “ça se mange ?” “je ne peux pas vous le dire mais vous pouvez chercher en ligne”… Cette manière de détourner la réponse à la comestibilité suscite régulièrement des réactions de la part de ceux qui la juge “hypocrite”, mais reste néanmoins une règle tacite des commentaires et publications, régulièrement rappelée.

Alice et la chenille : une autre approche du champignon…

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Kohlmann (27 janvier 2021). Facebook et les champis. Projet MIMESIS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfyc


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search