Entretien avec notre stagiaire

Etudiante en Master 2 information communication publique et médias à l’université Grenoble Alpes, Dieynaba Kouyaté est la nouvelle stagiaire du projet de recherche MIMESIS. Elle a débuté son stage le 1er février 2021 dans les locaux du Laboratoire de recherche « GRESEC », à Echirolles. Présentation et échange après un mois et demi de stage…

Venue de l’Université Gaston Berger (Saint-Louis / Sénégal), Dieynaba a obtenu sa licence en information communication à l’université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle. Elle a ensuite intégré le Master ICPM (Information Communication Publique et Médias) à l’Institut de la Communication et des Médias de l’Université Grenoble Alpes.

« C’est l’intitulé de la formation regroupant « communication publique » et « médias » qui m’a d’abord séduite, puis en parcourant l’offre du programme et les potentiels débouchés j’ai été confortée dans ce choix de parcours, cela correspondait le plus à mon projet professionnel. J’ai donc décidé d’intégrer ce master à la place d’autres après avoir été choisie suite à un entretien de présélection. »

La valorisation de la recherche : une mission de stage

Pourquoi ce stage Dieynaba ?

Comme tout étudiant en fin de cycle de master, le stage est impératif. Je faisais des demandes spontanées dans les collectivités territoriales, des ONG, associations… Je répondais également aux offres de stages qui s’accordaient le mieux à mon profil, mes compétences. C’est dans ce cadre-là qu’une offre de stage « recherche » nous a été transmise par nos responsables de formation sur le projet MIMESIS.

Jusque-là je n’avais pas encore effectué de « stage-recherche » et c’est dans une démarche de découverte, dans un but d’aller vers une expérience inédite que j’ai saisi l’occasion. Avoir une nouvelle expérience dans un environnement de recherche plutôt que « professionnel » était intriguant pour moi. En plus, effectuer ce stage dans un laboratoire de recherche en SIC (le « GRESEC » : groupe de recherche sur les enjeux de la communication), c’était la cerise sur le gâteau. Il y avait vraiment une rupture avec mes expériences précédentes et le plus important pour moi c’est de diversifier autant que possibles mes acquis. J’ai donc pris connaissance des missions du stage qui paraissaient intéressantes, puis j’ai candidaté et j’ai eu le grand plaisir d’être sélectionnée.

Ces missions consistent en quoi ?

Mes missions consistent à :

  • poursuivre le travail d’identification des différentes plateformes de sciences participatives intervenant dans l’observation de la biodiversité en Isère et en France et à constituer une typologie des celles-ci
  • réaliser des entretiens auprès des acteurs et des utilisateurs de ces plateformes et les retranscrire,
  • établir une bibliographie scientifique et assurer une veille dans ce domaine,
  • contribuer à la réalisation d’une représentation cartographique ou visuelle de ces plateformes sur le territoire et de leurs articulations/fonctionnements (datavisualisation),
  • participer à l’organisation d’une journée d’étude thématique,
  • faire une analyse de contenu d’un site participatif (Nature Isère),
  • valoriser les résultats, proposer du contenu pour le carnet, sans oublier d’être force de proposition.
Des missions à l’image de la biodiversité : plutôt variées…

Comment se passe le stage ?

Ça se passe bien pour l’instant, je me suis adaptée assez facilement. Disons que la monotonie ne fait pas partie du champ lexical de mon stage. Même si c’est un contexte particulier où tout se fait actuellement à distance, les réunions hebdomadaires avec ma tutrice de stage Madame Kohlmann, les réunions d’équipes, etc. l’équipe MIMESIS est composée de membres impliqués et rigoureux. C’est une équipe vivante qui déborde d’énergie positive, l’ambiance des réunions, des échanges est très motivant.

Faire un stage dans ce contexte demande une certaine autonomie ce qui est plutôt positif car c’est un atout non négligeable permettant de prendre les devants sur certaines tâches, d’être organisée pour avoir un bon rythme d’avancement, etc. J’ai quand même la possibilité d’aller dans les locaux du GRESEC – ce que je fais d’ailleurs – pour travailler en autonomie. Une nouvelle aventure dans un contexte sanitaire particulier : il n’y a rien de plus original, il faut juste s’adapter.

Quel est l’apport de ce stage pour vous ?

En un mot je dirai que c’est la polyvalence. C’est un stage intéressant qui pourra être valorisé à la fois dans le cadre d’une carrière de recherche que dans un cadre professionnel. Car, si on faisait correspondre les missions de ce stage dans un environnement professionnel ça équivaudrait à de la consultance ; on parlerait plus d’audit (pour les entretiens), de veille concurrentielle/état des lieux (pour l’identification des différentes plateformes), de rapport (pour la valorisation des résultats), d’étude de cas (pour l’analyse de contenu centré sur le site de Nature Isère), d’événementiel (pour l’organisation de la journée d’étude), etc.

Alors le grand défi pour moi consiste à mener à bien les missions qui me sont confiées avec efficacité et motivation afin de laisser une belle empreinte au sein de ce projet et que ce soit une expérience « gagnant-gagnant ».

Dans le cadre de son stage et de ses recherches pour le projet MIMESIS, Dieynaba publiera dans notre Carnet ses résultats dans les semaines à venir.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Kohlmann (9 mars 2021). Entretien avec notre stagiaire. Projet MIMESIS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfyf


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search