La recherche, la logistique et la jauge

Les projets IRS nouveaux arrivants sont des dispositifs qui permettent à des maitre.sse.s de conférences entrant à l’université de Grenoble de monter un premier projet de recherche collectif. L’idée est d’accompagner la prise de poste et d’amorcer leur parcours de recherche durant leurs 3 premières années. A ce titre, ce dispositif est particulièrement formateur : de la réponse à un appel à projet à la valorisation des résultats en passant par l’animation d’une équipe de recherche. L’immersion est rapide dans ce qui constituera le futur de notre carrière.

Dans le cadre du projet MIMESIS, nous sommes actuellement en train de mettre en place une journée d’étude en septembre dans un contexte sanitaire un peu tendu… Si le programme de la journée, issu de temps d’échanges entre les chercheurs de l’équipe et de leurs centres d’intérêts disciplinaire, s’est relativement facilement construit, l’organisation de l’événement nous fait nous confronter aux mêmes difficultés que depuis plus d’un an : préparer un événement en présentiel (ou supposé tel) qui respecte un protocole sanitaire en constante évolution.

Raton-laveur perplexe devant les consignes sanitaires

Pourquoi ce billet alors ? Quel est l’intérêt d’enfoncer des portes ouvertes ? Oui, le COVID 19 a tout bousculé, on le sait…

C’est qu’au-delà du cas particulier, et on peut espérer éphémère, de la situation actuelle, il me semble qu’elle exacerbe des difficultés inhérentes à la recherche en France : à savoir le poids considérable des tâches administratives. Déjà lourdes auparavant, les organisations de colloques, conférences et autres événements de la vie scientifique se complexifient encore. Au-delà de l’habituel, il faut penser plusieurs modèles (présentiel, distanciel, hybride) et plusieurs protocoles sanitaires. Il faut échanger avec des services de l’université encore plus nombreux : hygiène, logistique, sécurité, informatique, audio-visuel, etc. Et il faut malgré tout maintenir une activité scientifique de qualité : problématisation, valorisation, introduction des journées, etc. Le tout sans ressources supports supplémentaires sur lesquelles s’appuyer et auprès de services déjà débordés.

Maintenir le cap malgré les difficultés liées au contexte sanitaire : we can do it !

A lire aussi sur les impacts du Covid 19 sur la recherche l’article de Stephanie Chasserio et Helen Bollaert dans The Conversation : “Covid-19 : pourquoi cette crise peut creuser les inégalités entre chercheurs et chercheuses”


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Kohlmann (14 avril 2021). La recherche, la logistique et la jauge. Projet MIMESIS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfyh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search