Congrès AFS 2022 : Transitions

Communication MIMESIS lors du congrès de l’Association Française de sémiologie “Transitions : écologiques, numériques, sociales, anthropologiques”

Suite au projet de recherche mené, nous allons présenter une partie de nos résultats lors du congrès Transitions, organisé par le CeReS, l’Association Française de Sémiologie et l’Université de Limoges. Le programme complet du congrès sera disponible prochainement.

Titre de notre intervention :
“Questionner la transition numérique dans les dispositifs de médiation à la nature en Isère”

Résumé :

Notre étude est issue d’un projet de recherche pluridisciplinaire qui questionne des dispositifs numériques de médiation à la nature. En partant d’un objet précis : Nature-Isère[1], nous aborderons au moins 2 axes de cet appel : numérique et écologique.

Nous chercherons à démontrer comment la transition numérique est embrassée par les acteurs sans être réellement interrogée et comment elle est perçue comme un facilitateur de la participation et de l’engagement par la mise à disposition des connaissances pour le public.

Nous montrerons comment à l’échelle de l’Isère et des dispositifs étudiés la « transition » est peu mobilisée dans sa dimension politique ou militante mais ramenée à ses usages scientifiques, notamment en biologie.

On s’appuiera sur une analyse sémiotique comparée de 2 plateformes soutenues par le département entre 2016 et nos jours : Nature Isère et Biodiversité Isère[2]. Notre approche sémio-communicationnelle des écrits d’écran (Jeanneret, 2007 ; Bonaccorsi, 2013 ; Jeanneret, 2019) nous amène à questionner la situation et le contrat de communication mis en œuvre sur ces deux plateformes, c’est-à-dire l’énonciation et la place dévolue aux internautes.

« Ces éléments conduisent à prendre en compte, d’une part, les rapports de pouvoir sémiotisés : ainsi, les places de l’auteur, de l’éditeur et du lecteur y sont textualisées ; d’autre part ces éléments mettent en relief le rôle aigu joué par un type de signe, le lien hypertexte, à la fois élément textuel et instrument permettant de circuler dans le texte. » (Bonaccorsi, 2013 : 129)

Il s’agit alors de questionner le pouvoir du dispositif qui propose une certaine idée de la médiation de la nature et du rôle du numérique dans la sensibilisation à la transition écologique.

L’analyse sémiotique sera complétée par une analyse discursive du terme de transition et des formules consacrées à l’écologie. Quelles formules sont construites à partir du terme ? Quels adjectifs y sont associés sur quelles scènes et par quels acteurs ? On complètera ces analyses des dispositifs et de leurs contenus par différents entretiens semi-directifs menés avec les concepteurs de ces plateformes afin d’étudier les arguments avancés par ceux-ci et mobilisés lors de la mise en place des dispositifs. Ces entretiens permettront de nuancer l’analyse et de la contextualiser.

Dans une posture critique, nous questionnerons le recours au numérique retenu pour la cause environnementale pour soutenir l’engagement des acteurs sur le terrain. On soulignera notamment que ce choix aboutit à la quasi invisibilisation de la posture militante, de l’urgence environnementale et à l’euphémisation des dissensus.


[1] https://www.nature-isere.fr/

[2] https://biodiversite.isere.fr


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Emilie Kohlmann (2 mars 2022). Congrès AFS 2022 : Transitions. Projet MIMESIS. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/rfyx


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search