Le projet

Contexte du projet

Dans un contexte médiatique, politique et social où l’urgence écologique est de plus en plus mise en avant, on observe depuis plusieurs années différentes initiatives, à l’échelle nationale ou plus locale, qui visent à augmenter l’implication de « chacun » dans la protection de la nature et de la biodiversité.

Le récit du tournant participatif des sciences et de la redéfinition du rôle de « citoyen » transforme progressivement la réflexion des acteurs qui œuvrent pour la protection de la nature et la meilleure connaissance de celle-ci. D’un modèle de diffusion de la connaissance, ils paraissent vouloir évoluer vers des modèles de coconstruction de celle-ci.

A travers les plateformes numériques de recueil de données naturalistes, ce récit du participatif rencontre également les représentations du web comme facilitateur de l’implication de tout individu.

MIMESIS

A partir du concept de « médiation », MIMESIS se propose d’interroger les différents éléments qui coexistent à l’intérieur des dispositifs de recueils de données naturalistes : numérique, nature, injonction au participatif, savoirs, sciences, rôle de chacun des acteurs en présence.

 

En choisissant  d’entrer par le terrain de la plateforme Nature-Isère, on pose aussi la question du rôle des institutions culturelles, ici le Muséum d’histoire naturelle grenoblois, dans cette redéfinition de la place des publics (ou des « citoyens » ?) et des modèles d’accès, de transmission, de construction, des savoirs naturalistes.

Méthodologie

Pour répondre à cette problématique, on se propose de mener des entretiens semi-directifs auprès des acteurs qui ont conçu la plateforme (Ligue de Protection des Oiseaux, département de l’Isère, Muséum) mais également des différents contributeurs réguliers (associations, parcs naturels, naturalistes amateurs, etc.) pour mieux comprendre comment ils articulent nature et sciences et sur quelles conceptions s’appuie leur participation.

On mènera également une étude comparative auprès d’autres dispositifs de recueils de données naturalistes pour vérifier si, en fonction des acteurs, des porteurs du projet, les modalités et représentations varient.

Enfin, on étudiera le contenu de la plateforme Nature-Isère par une analyse sémio-discursive pour mieux comprendre ce qui se joue à travers les publications en termes de données sur le vivant et en termes de stratégie de communication.

Résultats attendus

Grâce à cette démarche, on espère pouvoir contribuer à la connaissance, sur un territoire local défini, de l’activité de recueil de données naturalistes, ainsi que de ses modalités et des articulations des dispositifs entre eux et/ou au niveau national.

Une cartographie sera produite à l’échelle du département de l’Isère avec un focus sur l’agglomération Grenobloise.

L’ensemble de ces démarches devraient permettre de révéler les différentes représentations (de la nature, de la citoyenneté, du savoir) qui président à l’évolution de la médiation de la nature dans une institution culturelle telle qu’un muséum.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search